image

Isolation extérieure polystyrène expansé: les étapes des travaux

image isolation
Pose en harpage isolation exterieure polystyrene expanse

L’isolation extérieure au polystyrène expansé PSE et la méthode la plus courante d’isolation des façades des maisons individuelles. Ce sont des travaux complexes à mettre en oeuvre qui nécessitent une réelle expertise afin d’assurer des performances thermiques optimales mais aussi la pérennité de votre bien. Voici notre guide complet sur l’isolation extérieure au polystyrène expansé, avec en détail les différentes étapes des travaux.

Effectuons d’abord un petit rappel sur ce qu’est un système ITE. Le terme ITE ( isolation thermique par l’extérieur) désigne toutes les techniques d’isolation des murs et façades par l’extérieur. On appelle système ITE l’ensemble de la réalisation, de la pose de l’isolant sur le support jusqu’à l’enduit de finition, en passant par la pose des chevilles, le marouflage, etc.

Avantages de l’isolation extérieure polystyrène

L’isolation thermique par l’extérieur permet de supprimer les ponts thermiques et offre ainsi de très bonnes performances thermiques. Les travaux s’effectuant entièrement par l’extérieur, vous pouvez continuer à profiter de votre foyer normalement pendant toute la durée du chantier.

L’isolation par l’extérieur, lorsqu’elle est réalisée dans les règles de l’art, des DTA et DTU, permet de réaliser des économies d’énergie pouvant atteindre 25% de la facture de chauffage selon l’Ademe. Autre gros avantage par rapport à l’isolation par l’intérieur, vous ne perdez aucun cm2 de surface habitable !

L’ITE contribue également a améliorer le confort dans la maison, en été comme en hiver. En hiver, toutes les pièces de la maison sont bien mieux chauffées sans avoir besoin de pousser le chauffage. Les sensations d’humidité et de parois froides disparaissent. La sensation de confort et de bien être dans son foyer est très nette. En été, l’isolation extérieure permet de limiter les échanges thermiques avec l’extérieur, notamment lorsque le soleil tape fort sur votre maison. Ainsi, vous conservez de la fraîcheur de la maison contrairement à une maison mal isolée qui va accumuler de la chaleur tout au long de la journée dans ses murs, chaleur qui va continuer à se propager justement via les murs dans toute votre maison durant la nuit, vous donnant la sensation d’étouffer alors qu’il fait pourtant plus frais dehors. Toutes ces sensations d’inconfort disparaissent avec l’isolation par l’extérieur.

Enfin, avec l’ITE vous protégez votre gros oeuvre tout en valorisant votre patrimoine en cas de revente de votre bien.

Le polystyrène expansé PSE gris est quant à lui un isolant fiable qui tient parfaitement dans le temps s’il est bien posé. Il diffère du polystyrène expansé blanc par sa conductivité thermique, ce qui lui permet d’être 2cm plus fin pour la même résistance thermique R.

On a tendance à croire que le polystyrène expansé n’est pas un isolant écologique. Pourtant, le polystyrène utilisé dans le secteur de la rénovation peut être recyclé jusqu’à 85%. De plus, son empreinte carbone est plus faible que celle d’isolants dits écologiques, comme la laine de bois par exemple.

Globalement, on estime que des travaux d'isolation par l'extérieur peuvent permettre de gagner jusqu'à 2 classes de DPE.
image isolation

Les différents types d’isolant pour l’isolation extérieure de la maison

Il est possible d’isoler les murs extérieurs de la maison avec plusieurs types d’isolant, chacun disposant de caractéristiques propres à sa composition: performances thermiques ou phoniques, résistance au feu, aux chocs ou à la condensation, coût, épaisseur, variété des finitions, etc

Polystyrène blanc ou gris ( extrudé ou expansé). Le polystyrène est l’isolant le plus vendu pour l’isolation des murs extérieurs des maisons, notamment car il offre un très bon rapport qualité / prix. Il permet une grande variété de finitions, est économique et résistant aux chocs.

– La laine de roche, que l’on utilise beaucoup pour l’isolation intérieure de la maison ( combles, plafonds, planchers, murs intérieurs) peut également être utilisée pour isoler les façades d’une maison. La laine de la roche a l’avantage d’être très résistante au feu, contrairement au polystyrène, et permet également de limiter la condensation.

– La fibre de bois est un isolant de plus en plus prisé car il s’agit d’un matériau biosourcé qui a l’avantage de limiter la condensation, en plus d’offrir d’excellentes performances thermiques.

– Le RESOL de la marque STO est un isolant mince avec d’excellentes performances thermiques.

Qu’est-ce que la résistance thermique ?

Il s’agit d’un élément clef lorsque l’on parle des isolants. La résistance thermique d’un matériau aura un impact direct sur les performances thermiques. Désignée par la lettre R, elle est exprimée en m².K/W.

Un autre élément à connaître absolument est le lamdba de l’isolant. Il s’agit de sa conductivité thermique, qui s’exprime en W/(m.K). Tous les matériaux naturels ont leur propre conductivité thermique, qu’il s’agisse du fer, du verre ou encore du béton.

Le lambda et la résistance thermique d’un isolant définiront son épaisseur, d’après la formule R= épaisseur de l’isolant/ Lambda

Parmi les isolants utilisés pour isoler les façades par l’extérieur, la fibre de bois est celui présentant la plus grande conductivité thermique, avec un lambda de 40. Suivent ensuite le polystyrène expansé blanc ( lambda de 0.08), la laine de roche ( lambda de 0.035), le polystyrène expansé gris ( lambda de 0.031) et enfin le RESOL de la marque STO.

Afin d’obtenir une résistance thermique spécifique, il faudra donc ajuster l’épaisseur de l’isolant en fonction de son lamdba, selon la formule expliquée précédemment.

Ainsi, si l’on souhaite atteindre une résistance thermique de 3,7, il faudra donc utiliser des panneaux de fibre de bois de 148 mm d’épaisseur, contre 140 mm pour le polystyrène expansé blanc, 133 mm pour la fibre de bois, 114 mm pour le polystyrène graphité et 81 mm pour le RESOL de STO.

image isolation
Le choix d'un isolant devra parfois se faire en fonction des contraintes techniques de la maison à traiter, comme la distance de vos façades avec la maison du voisin par exemple.
image isolation

La pose d’un système ITE se décompose en plusieurs étapes bien distinctes: la préparation du support ( façade avec enduit ou non), le mortier colle que l’on applique dessus, le panneau isolant que l’on vient caler/coller, les chevilles que l’on vient placer 24h après le calage du polystyrène expansé, puis le marouflage avec fibre de verre, et enfin la finition.

Les étapes d’une isolation extérieure polystyrène expansé

– Réception des matériaux,
– pose du rail de départ,
– préparation du support avec le mortier colle,
– pose et calage de l’isolant,
– chevillage,
– application de la mousse polyuréthane,
– traitement des points singuliers,
– marouflage sur toile ( entoilage),
– application de la finition.

Sur quels supports peut-on poser un système ITE ?

Certains supports ne sont pas admissibles au système ITE: maison phénix, murs en machefer. Le machefer n’est aujourd’hui pas reconnu comme étant un support de système ITE. Ce support ne possède pas d’avis techniques et les assureurs refuseront donc d’assurer les travaux.

Les supports encrassés ( algues, moisissures, lichen, etc.), absorbants ou ayant des défauts de planéité devront être traités au préalable. Pour la saleté, on réalisera un traitement de façade ( nettoyage + traitement anti mousse).

Pour des surfaces absorbantes ou farinantes, il faudra nettoyer les façades puis appliquer un primaire d'accrochage.
image isolation

Isolation extérieure polystyrène expansé : comment fixer l’isolant sur les façades ?

 

Le rail de départ

Le rail de départ est l’un des éléments clefs d’un système d’ITE. Il va en effet permettre de positionner le système ITE à hauteur réglementaire du sol pour éviter les transferts d’humidité ou les intrusions de rongeurs et nuisibles. Il permet également de maintenir les panneaux de polystyrène en place avant que ceux-ci ne soient définitivement fixés. De nombreux accessoires permettent de le positionner et de l’intégrer harmonieusement à l’ensemble.

On le pose généralement à 15 cm du sol, ou à 1cm du sol sur dalle de balcon pente extérieure, ou à 5 cm du sol sur dalle de balcon pente intérieure. Attention toutefois, posé trop près du sol présente des risque d’exposition. Quand la pluie tombe, elle ricoche sur la façade, et le pied de façade finit par s’abîmer, prend l’eau et l’encrassement ( algues, lichens).

La pose des rails est une étape très importante car elle peut avoir un impact sur tout le système ITE par la suite. Il est important de laisser un espacement de 3 mm entre chaque rail. En effet, sous l’effet de la chaleur, les matériaux peut bouger, se dilater. Si les ouvriers ne font pas attention lors de la pose et posent les rails côte à côte, alors, sous l’effet de la chaleur, ceux-ci pourront se dilater avec des graves conséquences. L’un des rails va alors venir chevaucher l’autre, et exercera une pression sur le système ITE, avec pour conséquence la fissuration de l’enduit.

Le calage du polystyrène expansé

La colle est utilisé pour fixer le panneau de polystyrène expansé au support et le caler. Plusieurs types de colles peuvent être utilisées : les colles organiques, les colles hydrauliques ( mortiers-colle) et les mousses polyuréthane. Pour des supports traditionnels de type brique, enduit ou béton, on utilisera de la colle hydraulique. Pour les supports en bois aggloméré, on utilisera de la colle organique.

Règle importante a respecter quand on vient caler les plaques d’isolant sur la façade: les écarts de planéité. Le panneau de polystyrène expansé est appliqué à l’horizontale et à joints décalés de 200 mm minimum. Au niveau des angles, la pose se fait en harpage.

Il existe 3 méthode de collage de l’isolant: le collage en plein , le collage en plots et le collage par plots et boudins.
– Le collage en plein est utilisé lorsque la tolérance de planéité du support ne dépasse pas les 0.5 cm sur 2 m de longueur. On utilisera alors une taloche crantée pour appliquer la colle au support.
– Le collage en plots est utilisé lorsque la tolérance de planéité du support ne dépasse pas 1 cm pour 2 m  de longueur. On utilisera alors une truelle stucateur pour appliquer la colle au support.
– Le collage par plots et boudins est également utilisé lorsque la planéité du support ne dépasse pas 1 cm. Là aussi on utilisera une truelle stucateur pour appliquer la colle au support.

Le type de collage dépendra du plan de chevillage. Pour une disposition en plein, on pourra caler les blocs d’isolant soit par plots, soit par boudins ou collage en plein. Pour une disposition en joint et en plein, il faudra procéder au calage des blocs d’isolant par boudins ou collage en plein.

Attention: la colle ne sert qu’à caler les panneaux de polystyrène. Ce sont les chevilles qui vont véritablement fixer l’isolant au support.

image isolation
A l'époque, il était nécessaire de bâcher les façades pour protéger les panneaux de polystyrène des rayons du soleil. Les produits ayant évolué, ils sont désormais beaucoup plus résistants à la lumière et se déforment moins sous son action.
image isolation

Le chevillage des panneaux de polystyrène expansé PSE

Environ 24 heures après le calage des panneaux de polystyrène, on peut passer à l’étape du chevillage. La cheville permet de fixer l’isolant au support. Il s’agit d’une étape très importante qui doit être réalisée avec grands soins par des experts, car un mauvais chevillage peut entrainer une déformation des panneaux isolants ou encore créer des ponts thermiques.

Il existe 3 méthodes de chevillage: à visser en montage à coeur ou à fleur et à frapper en montage à fleur. Certaines sont en métal alors que d’autres peuvent être en plastique.
Le choix de la cheville se fait en fonction de la méthode de mise en oeuvre, du support ainsi que de l’épaisseur des panneaux de polystyrène.

Chez Mieux Rénover, nous utilisons la cheville Sto Eco Twist ( à visser en montage à coeur), qui fonctionne sur un grand nombre de supports et qui ne présente pas les inconvénients que peuvent présenter les chevilles à frapper, notamment lorsque l’on ne connait pas bien la nature du support.

On distingue deux types de plan de chevillage: le chevillage en plein et le chevillage en joint et en plein. Dans le cas d’un chevillage en plein, les chevilles sont placées dans le panneau isolant mais pas sur les joints. Dans le cas d’un chevillage en joint et en plein, elles sont placés à la fois dans les panneaux isolants mais aussi à l’intersection de plusieurs panneaux isolants.

Le plan de chevillage se fait en fonction de 4 paramètres principaux: la zone géographique où se situe la maison, la nature du site ( le site est-il exposé ou protégé ?), la hauteur de la maison et enfin le nombre de chevilles par panneau qui est prévu dans le DTA du système ITE.

Une fois les chevilles insérées dans l’isolant, on utilise de la mousse polyuréthane pour reboucher le trou résultant du chevillage. On utilisera également cette mousse polyuréthane pour combler les interstices entre les panneaux de polystyrène, afin d’assurer la continuité de l’isolation et supprimer tous les ponts thermiques.

Ce système, appelé système calé chevillé, est le plus performant sur le marché en termes de performances. On l’associe à un sous enduit organique afin d’assurer une bonne résistance aux chocs du système ITE.

Le ponçage des panneaux de polystyrène expansé

Cette étape permet de corriger le désaffleur des panneaux isolant ( décalage entre deux pièces après un assemblage), ainsi que de lisser les surépaisseurs de mousse polyuréthane. Pour cela, on peut utilise une taloche spécifique, dotée d’un système velcro qui permet d’y attacher un papier abrasif pour taloche.

Il est impératif de prévoir en amont les éléments qui seront fixés sur vos murs extérieurs. Une fois le système ITE entièrement posé, il ne sera plus possible de revenir en arrière et d'ajouter de nouveaux éléments sur vos façades.
image isolation

Isolation extérieure polystyrène: les accessoires de fixation

Il est possible de fixer des charges sur un mur isolé thermiquement par l’extérieur. Pour cela, il faut au préalable prévoir d’installer des accessoires de fixation.
Il existe des accessoires spécifiques pour des éléments légers ou lourds-légers de type sonnettes, panneaux, boite aux lettres, rails de stores, coulisses de volets roulants, lampadaires, arrêts de volets, etc. Ces accessoires, comme les accessoires StoFix de la marque STO, sont fabriqués spécialement pour l’ITE et permettent de supprimer le pont thermique tout en supportant le poids de l’élément qui sera fixé dessus.

Il existe également des accessoires de fixation pour des charges lourdes, comme les encadrements de fenêtres, les gonds de volets, etc.

La pose du sous enduit

Le sous enduit est associé à l’armature en fibre de verre afin de résister au chocs et aux fissures.

On trouve différents types de sous enduit:

– Les sous enduits hydrauliques, en poudre, se présentent sous forme de sac et doivent ensuite être mélangés avec de l’eau. Ce mélange doit être dosé rigoureusement afin de garantir son homogénéité. Ce type de sous enduit est très pratique car il sèche sans problème par temps froid ou humide. Autre avantage, ce type de sous enduit est incombustible.

– Les sous enduits organiques, en pâte, se présentent sous forme de pots et son prêts à l’emploi. Ils offrent généralement une meilleure homogénéité car déjà mélangés préalablement par le fabricant. Aucun risque qu’ils soient trop ou pas assez dilués comme les sous enduits hydrauliques. Le désavantage de ce type de sous enduit est que le temps de séchage dépend des conditions météorologiques ainsi que de l’exposition de la façade traitée. Ce type de sous enduit est ignifugé.

L’épaisseur du sous enduit dépendra de l’épaisseur de l’isolant PSE ainsi que de la réglementation au feu du bâtiment. Si le bâtiment est soumis à la règlementation feu et que l’épaisseur du polystyrène expansé est comprise entre 200 et 300 mm, alors il faudra utiliser un sous enduit épais. Si le bâtiment n’est pas soumis à la règlementation feu et que l’épaisseur du polystyrène expansé est comprise entre 20 et 300 mm, alors il sera possible d’utiliser du sous enduit organique ou hydraulique, mince ou épais.

image isolation
Dans un système ITE, il est important de traiter les parties enterrées afin de supprimer les ponts thermiques.
image isolation

Isolation extérieure polystyrène: le traitement des points singuliers

Pour traiter les points singuliers tels que les jonctions entre les menuiseries et l’isolation ( encadrement de baies, appuis de fenêtres, etc), on utilise des mouchoirs d’angle. C’est primordial pour assurer la durabilité et l’efficacité du système ITE dans le temps.

Il est également important de renforcer les angles pour éviter que des fissurations n’apparaissent entre les plaques. Pour cela, on utilise des baguettes d’angle. Ce sont des renforts d’angle que l’on applique sur tous les angles du système ITE. Ils sont posés sous armature. On utilise également les baguettes d’angle pour protéger des endroits de la maison exposés à la formation de gouttes d’eau: ce sont les baguettes d’angle avec armature goutte d’eau.

Cas des contours de fenêtres:

Il est important de procéder à l’habillage du tableau et de la voussure. C’est absolument indispensable pour éviter les ponts thermiques. Au niveau des angles, des baies, l’isolant doit être découpé en L pour éviter les risques de fissures.

Les zones de la maison exposées aux chocs

Il est important de protéger les zones de la maisons qui sont trop exposées aux chocs. Pour cela, on utilise de la fibre de verre de blindage. On l’applique de bord à bord afin de renforcer la résistance à la pression et aux chocs aux endroits trop exposés. On procède par la suite à l’application du sous enduit et de l’armature en partie courante. En dernière étape de l’isolation extérieure au polystyrène expansé, on procède à l’application et la structuration de l’enduit de finition.

Quelles finitions possibles sur un système ITE ?

On distingue principalement 4 types de finitions pour l’isolation des murs par l’extérieur: les enduits organiques et minéraux, les parements collés minéraux ( comme la terre cuite), les parements collés organiques ( comme la briquette de parement) ainsi que les éléments d’ornement ( moulures, couronnement, chaine d’angle, etc.).

Nos certifications
Demande de rappel
  Nous ne communiquons pas vos données à des tiers.
Nous vous recontactons sous 48H.
A bientôt.
*
*
*
On vous rappelle
  Nous ne communiquons pas vos données à des tiers.
Nous vous recontactons sous 48H.
A bientôt.
*
*
*